Nos cibles


Notre mission s'articule exclusivement entre l'Allemagne et les pays « cibles ».

1er pays cible : la Côte d'ivoire

La Côte d’Ivoire est l’économie la plus dynamique d’Afrique.

Le pays a enregistré une croissance de l’ordre de 8% depuis 2012 (7,9% en 2016, 7,8% prévus en 2017). Ces performances, initialement dues à un effet de rattrapage qui s’atténue progressivement, reposent sur des facteurs structurels tels que la stabilité politique et monétaire (appartenance à la Zone franc), la diversification de l’économie et l’amélioration du climat des affaires. L’économie ivoirienne a également bénéficié d’un environnement extérieur favorable : la hausse jusqu’en août 2016 des cours du cacao,

conjuguée à la baisse des cours du pétrole et la dépréciation du franc CFA par rapport au dollar (devise dans laquelle sont libellés les principaux produits exportés) s’est traduite par une amélioration de 30% des termes de l’échange.

 

Le désendettement obtenu grâce à l’initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endettés) a également permis à la Côte d’Ivoire de retrouver des marges de manœuvre financière pour mettre en œuvre son programme d’investissements publics grâce à un recours aux marchés financiers régional (bons et obligations du Trésor) et international.

 

L’économie ivoirienne est diversifiée. Le secteur agricole atteint 28% du PIB et la Côte d’Ivoire conserve sa place de premier producteur mondial de cacao (plus de 35 % du marché). Le secteur secondaire (25% du PIB) concerne principalement le raffinage de pétrole, l’énergie, l’agro-alimentaire et le BTP. Le secteur tertiaire (47% du PIB) est dominé par les télécommunications, les transports (portuaire et aérien), la distribution et les activités financières. La relance est soutenue par les investissements publics (transports, énergie, santé, éducation) et privés (mines, agriculture, énergie et logements), ainsi que par la consommation des ménages.

Projets en Côte d'Ivoire